mardi 1 août 2017

Bizzarmonie




Sous-titre: « Bohort, une pédale...»



Photo du net





C'est dingue comme une fausse note peut m'arracher les oreilles. C'est sans doute un des effets de l' hyperesthésie, dont m'a dotée la nature...Un bienfait, un don, un cadeau, mais parfois aussi, une douleur.
Savez-vous qu'en musique chaque ton est divisé en « commas » et qu'entre un ré dièse et un mi bémol il y a une différence d'un seul comma ? Autant dire un demi-quart de patte de mouche atrophiée. Que les claviers bien tempérés ont laissé de côté comme des insignifiances.
La dysharmonie me bousille les esgourdes, pour reprendre une expression de Kaamelott, dans ce passage de la quinte juste qui vous fera mourir de rire si vous êtes un peu sensible à la musique et surtout à l'humour subtil et jubilatoire d'Alexandre Astier.
Pourtant je ne suis pas une théoricienne de la musique. Je ne joue que d'oreille, comme Django. (Mais un tout petit peu moins bien, évidemment !
Hé, respirez, je plaisante hein, c'est du second degré, là...même pas en rêve je me comparerais à ce génie. Fin de la parenthèse)
Le solfège a toujours tenu pour moi de la torture (sans doute les méthodes coercitives utilisées au collège ont-elles lamentablement échoué à me faire trouver ça intéressant). Le solfège, à mes yeux, rougis par les longues veilles à déchiffrer des partitions, c'est un peu comme aller voir Antigone en japonais dans la cour d'honneur du palais des papes. Ou lire le code pénal en serbo-croate. Chiantissime. 
Mais c'est parce que je n'ai pas assez travaillé, j'en suis bien consciente. Je suis une grosse feignasse de la gamme et de la vocalise, en fait. 
Je me dis que j'aurais bien aimé devenir une virtuose du violon, par exemple, mais sans me péter le cou et le bras gauche huit heures par jour. Je l'avais raconté ici, d'ailleurs, ce rêve flou.
Mais revenons à nos moutons, mes agneaux, et aux fausses notes, donc, qui se disséminent partout et pas seulement en musique. 
Couleurs criardes, voix dissonantes de harpie ou de fausset, plats immangeables ou simplement insipides, vins frelatés, odeurs fétides, bâtiment hideux défigurant un pur joyau du XIX ème, ou textes bourrés de fautes d'orthographe, combien de grincements esthétiques, sensitifs, sensibles, sensuels nous agressent chaque jour, combien de petits grains de cailloux gâtant la beauté d'un ensemble ? 
L'autre jour, au restaurant, je priais Vichnou in petto que les ceusses qui avaient fait la déco ne fussent pas ceux qui préparaient le repas...
Dans les relations humaines, même toutim. Les crins-crins discordent, les hautbois yoyotent de la anche, les cuivres geignent et les vents détonnent ou en font des tonnes. Pas facile d'atteindre l'harmonie, quand chacun  joue sa partoche en mi perso mi ego.
Mais peut-être suis-je la seule à ressentir ces crissements de craie sur le tableau noir quotidien, qui me hérissent la pilosité ? 
Peut-être suis-je la lieutenant Columbo du petit détail qui tue ? Une perfectionniste du contrepoint, du point d'orgue, de l'équilibre, de l'unisson, de l'accord parfait. Une collectionneuse de petits moments de pure osmose baudelairienne, où dans une forêt de symboles je trouve enfin, parfois, mes correspondances.
Ah si la vie pouvait être un orchestre symphonique...



¸¸.•*¨*•


Musique: Mozart, concerto numéro 5 pour violon et orchestre.

117 commentaires:

  1. Il est dommage que vous n'ayez pas "accroché" avec le solfège, ce qui vous aurait encouragé pour l'étude du violon. Après 10 ans d'apprentissage, vous vivez en osmose avec "votre violon" Xheures par jour, sans les compter. C'est ce qui est arrivé à ma petite-fille de 15 ans qui vit pour et avec son violon. Elle a la chance d'avoir l'oreille absolue. Dans votre billet de ce jour je retrouve des phrases entendues dans le sublime texte d'Alexandre Astier, sur la vie de Bach . " Que ma joie demeure" Je ne me lasse pas de regarder et écouter cette pièce. Quel virtuose il est !!!!
    Je vous souhaite de ne voir que les belles choses de la vie Si, si; il y en a !! J'en ai déjà vues.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les belles choses de la vie ? Mais je ne vois que cela, chère Mamou.
      Neuf ans bientôt que je chante les beautés de la vie.
      Le spectacle d'Alexandre Astier sur Bach est un régal, je l'ai vu dix fois.
      Bravo à votre petite-fille. Personnellement, je suis trop papillonnante pour rester accrochée à quoi que ce soit X heures par jour. Mais j'admire beaucoup ceux qui y arrivent.
      Bien à vous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Kangourou Agilejeudi, 03 août, 2017

      Tu n'as que neuf ans ?
      Je pensais plus !

      Supprimer
    3. @Kangourou
      Je voulais dire que ce la faisait neuf ans que je chantais les beautés de la vie ici "sur mon blog"...
      mais en réalité tu as raison, cela fait beaucoup plus longtemps...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Ahhhhh, les fausses notes !
    Elles sont partout, même où on les attend le moins...
    Tiens,l'icône absolue du chant classique, Maria Callas, ne maitrisait pas toujours la note absolue. Sans compter que pour ce qui est d'articuler.....
    Comme il faut pouvoir comparer...
    La Callas: https://www.youtube.com/watch?v=TX99s7ZP0dc
    Mado Robin: https://www.youtube.com/watch?v=Fl_C-XFcUUk

    Et puis il y a Moustaki, qui chantait si divinement faux que ça en avait un charme fou...:-)

    Mais de toutes les fausses notes, celles qui me hérissent le plus le poil, ce sont les fausses notes morales.... Et là, on ne manque pas de matière :-(
    Ti bacio Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, ce sont surtout de ces fausses notes-là dont je parlais.
      Maria Callas reste malgré tout une icône, ne lui cherchons pas la petite bête.
      En revanche, j'ai eu beaucoup de mal à regarder le film avec Catherine Frot « Marguerite » dans laquelle elle interprète une cantatrice qui chante faux.
      Un chanteur qui a des faussetés incompréhensibles, c'est Julien Clerc. Surtout depuis quelques temps. Mais tu as raison, le charme fait passer bien des choses...
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆



      Supprimer
  3. Mais non , tu n'es pas la seule à détester les fausses notes et à préférer les voix de fausset ! Je pardonnerai certainement une faute de goût, une faute d'orthographe mais aurai du mal à accepter les fautes d'éducation et de politesse, de civisme et du respect d'autrui. Si tu n'es pas virtuose du violon , ta guitare nous emmène dans les hautes sphères proches de la virtuosité. Pour reprendre les mots de Lamartine “Les poètes sont les voix de ceux qui n'ont pas de voix.”

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Préférer les voix de fausset ? Ah non, je ne crois pas avoir écrit ça, bien au contraire...
      Le civisme, le respect d'autrui...oui, ça aide à l'harmonie, c'est vrai.
      Pour la guitare, tu es bienveillante: je suis loin d'être une virtuose, mais je fais plaisir à mes amis, c'est déjà pas si mal ?
      Bises ♥︎
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. l'harmonie - en toute chose - est un bonheur!
    une classe aussi, c'est comme un orchestre dans lequel chacun joue du mieux qu'il peut l'instrument qu'il a reçu - Daniel Pennac en parle très bien dans son Chagrin d'école :-)
    et oui, le solfège me barbe aussi, je me dis que c'est un mal nécessaire pour pouvoir progresser ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es courageuse avec ton piano.
      C'est tout mon problème : j'ai du mal à passer par un « mal nécessaire »
      Trop hédoniste, sans doute ...je me contente d'être moyenne en tout plutôt qu'excellente dans une seule chose...
      J'aime quand tu parles de tes élèves. J'aime beaucoup ta façon de comprendre le métier. Une façon qui ressemble fort à la mienne...
      Bisous Madame
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Pourtant,un moraliste de 19ème, un certain Joseph JOUBERT, nous enseigne "Excelle, et tu vivras !" ;-)

      Supprimer
    3. Sacrée phrase...Il faudrait la mettre en équation dans un fichier excel...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Je te rejoins totalement, ainsi maintenant la "musique" qui accompagne les films est d'un niveau sonore intolérable, couvrant même les dialogues (qui ne sont pas du Audiard) à tel point que parfois au cours de la diffusion d'un téléfilm je coupe le son ! Et puis je n'en démords pas, des cylindres en béton dans la cour du Palais Royal, coupons les couilles (à moins que ce ne soit déjà fait) à Jack Lang.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au cinéma aussi, le son est beaucoup trop fort, crois en une hyperesthésique ...Je ne sais pas pourquoi, peut etre parce que les gens deviennent de plus en plus sourds... ^^
      Quant aux fameuses colonnes, tu vas sans doute me faire remarquer que Buren est l'anagramme de burne...
      ok je sors (ah non mince je suis chez moi...)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je me suis fait la même réflexion ils deviennent sourds, est ce par manque de contact avec le sexe opposé ? (opposé à qui ou quoi d'ailleurs ?)];-D

      Supprimer
    3. Rhôô !
      opposé, ça veut dire contre. Tout contre.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Les mots en "hyper" ( hyperesthésie, hyperacousie…) sont souvent interprétés comme un "mieux" de supériorité et glissent facilement vers le "sur" de surdoué. Alors que je les vois comme une anomalie physique : une absence d'isolant qui met à nu le cerveau, permettant une perception plus rapide et en même temps exposant à tous les court jus.
    Comme toi, depuis mes 6 ans, j'ai toujours joué la musique d'oreille, comme les tsiganes, et honni le solfège. Au point que j'écrivais mes musiques comme Boris Vian, à l'aide de signes (virgules, points, flèches). "Dons" qui font se pâmer devant l'enfant "prodige", lequel se repose sur ses lauriers et devient une grosse feignasse.
    Princesse au petit pois et surdoué vieillissent mal...
    D'accord sur l'immense talent de A Astier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je te rejoins sur la fausse acception de "mieux de supériorité" et j'ajoute qu'à l'inverse, l'anomalie peut aussi être vue comme un "moins". Les maoris ont une autre vision ; ce qui est pour nous "handicap" est pour eux [là, je cite un article du monde :] « whaikaha », qu’on peut traduire par « qui a une force ou une capacité différente ». De même, c’est en constatant le « rythme de vie bien particulier » d’un de ses amis autistes que Keri Opai a déterminé le terme qui définirait ce trouble développemental: « takiwatanga », qui signifie « son propre espace-temps ».

      bref, plutôt qu'un plus ou un moins, une approche autre, des capacités différentes, avec les gênes et les avantages qui en découlent.

      Princesse au petit pois et surdoué vieillissent mal... peut-être parce que la société ne les voit plus passé l'enfance, puisqu'elle ne considère leur différence que comme un truc qui doit se gérer par l'éducation (donc jusqu'au bac), et non pas par une particularité qui les caractérisera toute leur vie.

      enfin, bref, qu'est-ce que je suis sérieux pour un début aout !


      http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2017/07/12/en-nouvelle-zelande-la-langue-maori-s-enrichit-de-200-mots-sur-le-handicap-et-la-maladie_5159643_3216.html#MX6COs38ed43l4uL.99

      Supprimer
    2. @Emma
      « absence d'isolant qui met à jour le cerveau »...c'est tellement tout à fait ça, tu sais que tu es géniale, toi.
      D'où la nécessité pour moi de me faire un cuir, parce que chez moi tout est à vif.
      En revanche, je ne la ramène pas trop sur mon «problème», (à part sur mon blog) parce que c'est mal ressenti par les gens. L'air de dire « mais qu'est-ce qu'elle a à se plaindre de trop entendre celle-ci ? Alors qu'il y a des gens qui sont mal-entendants ? »
      Alors je reste discrète, et je transforme mon «léger handicap, appelons plutôt cela un problème» en don merveilleux.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @Carnets paresseux
      J'aime beaucoup la façon de pensée des Maoris. Beaucoup de pédagogues devraient s'en inspirer.
      Valoriser un handicap en insistant sur les capacités développées en parallèle, c'est tellement humaniste et bienveillant que ça e fait monter les larmes aux yeux...
      Tu sais qu'on m'appelle souvent «la princesse au petit pois » ? Ma peau hypersensible m'en a attiré, des moqueries et des quolibets...
      Maintenant j'assume.
      Enfin, presque.
      Merci, cher Dodo, pour ton commentaire sérieux, mais qui me fait du bien.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Troisième (et dernière) tentative

    Ah mais pardon, la vie EST un orchestre symphonique !
    ... un très mauvais orchestre symphonique, restons positifs enfin !

    Et pour le jeu à la Django, peut-être que tes jolies mains ont trop de doigts ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie est plutôt cacophonique, non ?
      Trop de doigts...et encore je ne t'ai jamais fait de massage des pieds !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Toi non, mais Tim, une monitrice laotienne qui aidait mon épouse du temps de son boulot, me marchait dessus pour me détendre le dos. Je suis donc prêt à tenter la comparaison :o)

      Supprimer
    3. Ah sympa ! je suis sûre que tu aimais beaucoup ça.
      Avec moi, au moins, tu ne risqueras pas de te faire écraser une côte, mais si tu crains les chatouilles en revanche...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Je mettrai une altération (ça donne soif) à cette diatribe contre les dissonances. Gertrude (c'est ma guitare) et moi n'étant pas avares en fausses notes je ne serai pas tout à fait à l'uni-son mais j'ignorais tout du comma. La vie est rude, s'il faut en plus différencier Ray Diese et Mick Bemol je sens que je vais dodécaphoner sérieux.
    Par contre je suis et je reste un haïataulat de l'orthographe. Qui trop t'embrasse avec sa malle dans le train. ATTB Miss Harmonie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss harmonie te demande bien pardon si tu t'es senti visé par mon billet.
      Parce que l'émotion que j'ai à t'écouter joué éclipse les éventuelles fausses notes qui pourraient se glisser dans ton jeu. Parce que tu es dans le don.
      Comment se fait-il, par contre, que ta guitare s'appelle comme la mienne? Ça c'est extraordinaire alors...
      Kisses from miss W. and atttb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Du solfège je n'en ai que des souvenirs douloureux. C'était en classe de 6e que cela a commencé avec de la flûte que l'on nous imposait.
    Pour ce qui est de la dysharmonie dont notre monde souffre, je te rejoins (tiens, un tutoiement). Je ne supporte, ni la médiocrité, ni la laideur qui nous entourent.
    Sur ce, je te souhaite néanmoins, une agréable journée, sans trop de fausses notes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, la dysharmonie est partout, mais l'harmonie aussi, et l'on choisit de se concentrer sur l'un ou sur l'autre, au risque d'être taxé de doux rêveur si l'on choisit de regarder les belles choses...
      Ma journée fut belle, je te remercie. Pas de fausse note, contrairement à celle d'hier (qui a occasionné ce billet)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Ah les détails qui tuent, et qui empoisonnent notre sens de l’harmonie.
    J’ai « mourut » si souvent, mais depuis que j’ai pris de l’âge, est-ce indifférence ou sagesse, ils me font sourire, mais il demeure que je les discerne toujours...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui l'âge adoucit sans doute bien des soucis qui paraissent cruciaux à la jeunesse...moi je suis entre les deux...
      Merci pour ta sagesse, ma Jak.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Si tu es entre deux âges, je ne le suis déjà plus..... Dois-je remercier Georges :-)

      Ahhhhhh, le solfège et le chant à l'école....
      En des temps mathusalémiques du début de ma scolarité, la maîtresse me disait:
      "Toi, le bourdon, ne chante pas..."
      J'ai ainsi évité d'apprendre bien des ritournelles à la con...
      Ti bacio

      Supprimer
    3. La maîtresse en tous cas, n'avait pas des « méthodes avancées » à la Brassens...
      Quel manque de psychologie de sa part !
      Sinon, tu aurais aimé l'école davantage...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. C'est vrai que ce put être le bonheur de tomber sur la maîtresse d'école de Patrick Font qui userait des méthodes de Brassens...
      C'est un peu ta faute de ne pas être née assez tôt pour me faire aimer l'école....
      Mais comme je te l'ai déjà dit, imagine ce à quoi j'ai échappé, si j'avais aimé l'école, et que je sois devenu énarque...
      J'ai pu échapper à une forme de suicide intellectuel et c'est déjà pas si mal :-)
      Baci Cara e TVB

      Supprimer
    5. Bon en même temps, je te rassure, tous mes élèves ne sont pas devenus énarques...Quelle horreur, c'eût été une sorte d'échec pour moi...
      Tvb caro mio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Bonjour Célestine, tu voulais jouer du violon et moi j'adore l'écouter mais du beau, celui qui donne des frissons. Pour ma part, vers dix, douze ans, je souhaitais jouer du piano.
    Maman, m'emmène dans un petit conservatoire de notre quartier... Question de la Directrice, avez-vous un piano chez vous ? Non madame, répond maman. Désolée Madame, nous ne pouvons pas prendre l'inscription de votre fille. Gros chagrin et désillusions, ce qui est normal car l'appartement où nous vivions était trop petit pour y placer un piano.
    Merci Célestine pour ton joli billet.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle élitiste cette directrice, non mais vraiment ! c'est un scandale.
      Pauvre Denise, je comprends ton chagrin d'enfance.
      Bisous belle rêveuse mélomane
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Je me souviens bien de ton billet sur l'hyperesthésie, où je m'étais partiellement reconnue, en tant qu'hypersensible émotive et susceptible qui a dû apprendre le recul et la distance pour accéder à plus de sérénité... Par contre, question sens, je me contente de "polysensualité", et, à te lire, je vois bien que c'est plus confortable. A lire les commentateurs qui me précèdent, je me dis aussi que ça prédispose sans doute à une certaine indulgence, du moins en matière de fausses notes ou de mauvaise orthographe; non que ça ne me blesse pas l'oreille ou la vue, mais j'y vois avant tout de la maladresse, et c'est plutôt touchant, et la déco, tant que ce n'est pas chez moi, je m'en fiche.
    Par contre, n'étant ni sainte Baladine ni prédisposée au martyre, la fourberie, les fausses postures, les "malaimables", la bêtise crasse et les aigri(e)s de tout poil, ça, comme dit Helmut, "Ça m'éneeeeeerve!", et la bouffe immangeable aussi! Quand même! Non mais!
    Bises douces

    (((j'ai fait des années de piano [et donc de solfège pensum] interdite de violon par ma mère qui avait peur du son crincrin de la débutante; à mon grand regret, parce qu'un violon, ça s'emporte partout avec soi...)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon billet te permet au moins de nous dévoiler plein de choses intéressantes sur toi !
      Tu sais quand tu parles d'indulgence, je suis la personne la plus indulgente qui soit, tous mes amis te le diront. Je ne juge jamais, et si les fausses notes m'arrachent l'oreille, je garde ça pour moi.
      Là, j'en parle parce qu'on est entre nous.
      Mais il ne faudrait pas que tu me penses comme une espèce de tyran domestique qui ne supporte rien. J'en supporte, des choses, plus que de raison, en mettant toujours mon fameux « voile rose » sur les choses, et en gardant le meilleur.
      Même mes remarques sur la déco pourrie, je les garde pour moi, je ne m'en fiche pas, et je me sens très mal parfois (certaines personnes n'ont qu'une vague idée du feng shui, si tu vois ce que je veux dire) mais je ne veux pas blesser. Peut-être l'hypersensibilité me porte aussi à beaucoup d'empathie, et je sais trop ombien ça fait mal des blessée par des remarques indélicates.
      Tu me joueras du piano quand on se verra, dis ?
      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
    2. Ah mais je me doute bien que tu ne dis pas tout ce qui te traverse, surtout quand c'est négatif! Je voulais dire que ça ne me gêne pas... Ce qui n'est à l'évidence pas toon cas, et ça ne doit pas être bien drôle.
      Du piano, il faudrait que j'en ai un chez moi :-( Ça fait des années qu'on en parle, mais ça ne me donne pas la place...

      Supprimer
    3. Qui dit que ce sera chez toi ? ;-)
      Ça pourrait être chez moi aussi, non ?
      Et moi, j'ai un piano...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Sauf que comme ça fait des années que je suis sans piano, je suis aussi sans pratique... Mais je ne désespère pas de trouver le moyen de faire venir celui qui s'ennuie chez ma mère ;-)

      Supprimer
    5. Ah voilà une idée qu'elle est excellente ! Tu me diras ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Quel est l’être humain qui pourrait avoir la chance de trouver tout en harmonie dans sa vie, quand la direction de l’orchestre, de tous les orchestres, sociétales, sociales, culturels, politiques, ne dépendent pas de lui. J’ai appris dans la vie à accepter les symphonies des autres, même si mon oreille en prenait un coup. Si l’occasion de m’exfiltrer de cette ambiance m’était donné, je prenais la poudre d’escampette sans me retourner. Je pense qu’on ne trouve assurément une harmonie qu’en soi ! Demandez à (ou voyez) un autiste ce qu’il en pense, vous verrez que lui joue la plus belle des symphonies que lui seul comprend et…et, il en est heureux ! il vit dans son monde à lui, et il est en harmonie. Pourquoi cherchons-nous à ce qu’il réintègre notre monde, s’il est lui-même (le monde) en désharmonie perpétuelle. Il faudrait être un génie pour se noyer dans ce tohu-bohu qu’est la cacophonie avec tout ce qui se joue, pour ne pas finir dans un asile. Moi, j’ai fini par admettre que l’harmonie est une question de liberté et quand on a la liberté, on a toujours un moyen de vivre selon son être, et en belle harmonie. Essayez donc !
    Bises harmonieuses même pas avec un zeste de comma !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, tu sais Bizak, il ne faut pas accorder trop d'importance à ma dernière phrase. c'était ce que l'on appelle un voeu pieu...Le truc qui fait dire : « Ben quoi ? On peut rêver non ?»
      Je dois être un peu autiste, car je me sens parfois très bien dans ma bulle et n'ai pas envie d'en sortir...
      J'aime beaucoup ce que tu dis sur la liberté, et la nécessaire acceptation de celle d'autrui...
      J'ai vécu de beaux instants de parfaite harmonie, et j'ai appris quelque chose de très important: ils ne durent jamais, il faut donc en profiter un maximum. n'est-ce pas que c'est la sagesse ?
      Rassure toi, je ne vais pas tomber dans le « comma », et j'accepte que ce monde soit comme il est: imparfait comme moi, comme toi, comme nous tous.
      Mes bises les plus scintillantes, doux poète.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Parfois la beauté des choses se trouve dans leur disharmonie apparente, mais elles sont tellement harmonieuses dans leur entrelacement intérieur que seule une âme sensible pourrait le reconnaître et même le vivre intensément. Bon, c'est tiré par les cheveux, mais il n'y a que le coeur qui peut percevoir l'harmonie en toute beauté des choses, à condition bien sûr que ça ne perce pas le tympan pour la musique, comme une voix de fausset. L'harmonie des choses n'est pas dans leur beauté individuelle mais dans leur beauté d'être ensemble.Ah! comme j’aime cette citation de Jean La Bruyère: "“Un beau visage est le plus beau de tous les spectacles ; et l’harmonie la plus douce est le son de voix de celle que l’on aime.”
      Bises harmonieuses

      Supprimer
    3. Ah mon cher bizak, j'ai failli louper ton second commentaire !
      Il est vrai que je ne comprends pas tout de ton raisonnement du début, ce que je comprends, c'est la phrase de ce cher Saint Exupery qui nous dit qu'on ne voit bien qu'avec le coeur.
      J'aime ce que tu dis de l'harmonie, en revanche je trouve la phrase de la Bruyère un peu dure pour tous ceux qui n'ont pas la chance d'avoir un beau visage : heureusement il reste la beauté de l'âme, qui elle, se moque du temps qui passe...
      Bises marines
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
    4. Avoir des choses séparées qui paraissent au premier abord négligeables, non attirantes, inutiles, et ensuite les mêler, les mélanger peuvent donner une plus belle image d'ensemble harmonieuse. En fait tout est relatif et tout dépend du regard que l'on porte sur un produit matériel ou non. Parfois même un mélange hétéroclite des choses peut créer un ensemble harmonieux. L'harmonie n'est pas forcément dans la symétrie, la droiture des choses.

      Supprimer
    5. ...Oups! Bises sous-marines hétéroclites.

      Supprimer
    6. C'est vrai, l'harmonie est quelque chose de totalement subjectif, qui se trouve surtout dans l'oeil ou l'oreille de celui qui ressent les choses...
      C'est de la sagesse, cher Bizak, que tes paroles !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. Je finirai par devenir Bouddha lui-même ^^
      Ton coeur est bon Céleste amie.

      Supprimer
  14. Quels textes ! En rythme, en humour, en harmonie. Le principal et les deux autres en lien.
    L'harmonie, c'est sans doute ce que tous, on cherche. Mais certains ne sont pas doués, comme moi. :)
    J'aime beaucoup ta vie en positif et les prénoms aux objets et au fantôme et la fantaisie et l'humour ...
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je comprends bien, tu as lu Hyperesthésie, Conditionnel passé, et La vie en positif ?
      Merci pour ton enthousiasme dithyrambique.
      Je crois que tu es très doué pour l'harmonie des mots, que tu couches sur le papier avec la délicatesse et la fougue d'un amant.
      Et c'est déjà pas rien...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Chère Céleste,

    Comme tu le soulignes dans ce billet, il n'est pas qu'en matière de musique que l'oreille sensible est agressée par la fausse note.
    Oui , cela fait mal , comme la craie qui crisse maladroitement sur le tableau noir de nos souffrances personnelles profondément enfouies....

    Et pourtant , comme le montre Blutch , même les êtres d'exception peuvent un jour ou l'autre faire preuve de faiblesse et rater l'accord parfait.
    Si grand que l'on soit homme ou femme nous sommes à la merci d'une fausse note lâchée par mégarde.
    En cet instant malheureux il serait utile à l'harmonie générale que chacun fasse comme si la note malheureuse n'était point sortie.
    Cela n'enlèverait rien à la souffrance ressentie. Mais cela aurait l'avantage de ne pas gâcher le concert.

    Une anecdote à ce sujet : J'ai un oncle mélomane, pianiste ayant refusé la charge du travail de répétition et étant ainsi resté amateur ... cet oncle a toujours l'oreille critique tendue.
    J'étais à ses côtés un jour que nous suivions dans la salle un concert donné par Jean-Pierre Rampal : j'en fus malade pour mon oncle. Au lieu de vivre en harmonie de coeur , d'émotion, de joie avec ce merveilleux flûtiste, il passait son temps à analyser et à chercher sinon la fausse note, du moins le passage qui aurait été moins bien interprété que sur la partition......

    A l'égard d'autrui nous avons tous une exigence de qualité. Souhaitons avoir la même exigence dans la note que nous jouons pour l'autre. Parce que la réside la vraie difficulté.

    Mon coeur est à la recherche de l'harmonie absolue. Mais je suis modestement trop conscient de mes fausses notes personnelles involontaires pour exiger d'autrui l'harmonie que je ne saurai moi-même lui garantir.

    Bises vespérales et musicales sur un air de flûte
    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaie de voir où je me situe dans ton com...
      Dois-je me sentir assimilée à ton oncle acariâtre ?
      Je ne l'espère pas...parce que, comme je le précise à la Baladine, je me garde bien d'exprimer ce genre de critique, même si la fausse note m'arrache l'oreille,je la garde pour moi, et d'autre part, je sais qu'en allant voir Jean-Pierre Rampal, ou tout autre musicien virtuose, c'est quand même un gage de justesse d'interprétation. Je ne suis donc pas comme ton oncle, prompte à "gâcher le concert"
      En revanche, certaines fausses notes relationnelles me poussent quand même à exprimer ma désapprobation, ou mon malaise. Tout supporter sans rien dire reviendrait à être une sainte (comme dit encore justement la Baladine) et je suis tout le contraire.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Bonsoir Célestine,

    J'adore Kaamelot, Alexandre Astier me fait pleurer de rire.
    Par contre, je n'ai absolument pas l'oreille musicale et ne suis pas martyrisée par les fausses notes. ;-)
    Bisous
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est doublement formidable, chère jardinière. Cependant, je suis certaine que dans ton jardin, tu ne laisserais pas traîner une mauvaise herbe susceptible de gâter l'harmonie de ton jardin japonais...
      Eh bien, une mauvaise herbe, c'est comme une fausse note en fait.
      C'est ce que je dis dans mon billet.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Il n'y a pas de "mauvaises" herbes. Seulement des plantes qui s'installent là où ça ne convient pas à l'humain ;)

      C'est un peu comme la vision des Maoris, telle qu'en a fait part Carnetsparesseux.

      Supprimer
    3. Sur le fond tu as raison.
      Mais je parlais à une jardinière. Et tous les jardiniers savent bien, et ancestralement, que s'ils laissent le liseron et le chiendent envahir les semis et les carrés de légumes, la récolte ne sera pas terrible terrible...Alors ils devront aller acheter leurs légumes aseptisés, calibrés et sulfatés par monsanto au supermarché du coin...
      C'est pareil pour les pucerons, qui ne sont pas de mauvais bougres en soi. On peut décider de les laisser vivre, ou utiliser des coccinelles. Tout dépend si on veut manger de beaux fruits ou pas...
      Après, on peut aussi ne pas manger de fruits ni de légumes...
      Mais sur le fond, tu as raison. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. La fausse note... un peu comme un mur de parpaings jamais crêpi entourant le jardinet d'une maison de lottissement ou un homme / une femme fumant sur la plage ou bien encore un café servi tiédasse et sucré.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exemples très bien trouvés ! Je connais ton goût pour le café brûlant et non sucré...
      Et le muret en moellons, j'avoue, c'est top...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Je crois que le plus important est d'être en harmonie avec soi-même,malgré les fausses notes,les"canards",pas seulement dans le café...
    Quant au solfège:c'est un prof de musique ,hymself, qui m'a vacciné et l'immunisation a été efficace.Je n'y ai jamais rien compris.J'étais plus intéressé par la clef des champs que par la clef de sol!
    Il n'en reste pas moins que sans souffrir des mêmes maux que toi et sans être possesseur d'une "403",mon œil est souvent attiré par les petits détails qui"clochent",ils sont souvent très révélateurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ainsi donc, tu es un Columbo aussi, quelque part ?
      Tu sais que je l'adore ce bon vieux lieutenant sans prénom...
      Moi c'était la clef des songes. Chacun son truc.
      Quant à la clé de mon coeur, je l'avais donnée, en troisième, au délégué de classe. Il s'appelait Bernard et il était musicien (déjà...)
      Je le préférais aux cours de solfège !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Columbo...C'est peut-être de là que me vient mon gout pour les romans policiers et autres thrillers.Quant à la clef du mien de cœur,elle ne servait pas à l'ouvrir,mais à le "remonter". En troisième(c'est loin) je préférais au solfège ma prof de musique,Mademoiselle O...

      Supprimer
    3. Imagine, si on avait été dans la même classe, en troisième... ;-)

      Supprimer
    4. J'imagine fort bien... Et je t'aurai probablement perdu de vue,comme j'ai perdu de vue mon premier amour...grande ,brune aux cheveux longs,toujours souriante, intelligente...Elle s’appelait Dominique,n'était pas musicienne,mais me jouait une bien jolie partition...

      Supprimer
    5. Grands Dieux , est-il possible de pouvoir oublier Célestine? ;.)

      Supprimer
    6. @Blutchy
      Remarque, Xoulec a dit "perdre de vue" pas "oublier"...
      Loin des yeux loin du coeur, comme on dit... Mais des fois on dit des bêtises...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. @Xoulec
      Ta Dominique me ressemblait beaucoup en fait... (oui je sais, je suis en mode chevilles qui enflent) ;-)
      Tu ne l'as pas oubliée, donc, tu confirmes...
      Bisous du soir
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. @ Céleste
      C'est vrai qu'à certaines heures, on tombe dans les approximations hasardeuses...;-)
      Disons que la remarque reste valable avec la perte de vue....

      Supprimer
    9. @Blutch
      Je n'ai pas souvenir d'avoir connu un jour une"Célestine" autre que minérale;Je ne l'aurai pas oublié.

      @Célestine
      Il est vrai qu'avec cette description sommaire,tu lui ressembles...Un psy y verrait là un sujet à étudier! Elle n'avait pas les yeux bleus,je ne l'ai pas oublié, son visage et son rire ,ses expressions sont encore gravées dans ma mémoire.
      D'ailleurs,comment oublier la première fille qu'on a prise dans ses bras!
      https://www.youtube.com/watch?v=S9CMkaZk7y8

      Supprimer
    10. @ Xoulec et Célestine
      Ca m'a l'air d'être plus conforme avec les probabilités :-)

      Supprimer
    11. @Blutchy et Xoulec
      Je vois qu'entre gens de bonne compagnie vous vous êtes mis d'accord sur quelques principes de base... :-)
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
    12. On peut même parler d'évidences...

      Supprimer
    13. Blutchy Amo...voudrais -tu me faire rougir ?
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  19. Point n'est besoin de mettre des mots compliqués sur ce que vous êtes: un être d'une extrême sensibilité.
    Cela se voit, cela se sent, cela se devine à travers vos écrits et vos yeux, vos yeux si beau et sensibles.
    Et c'est toujours un bonheur.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sûre que vous avez fait exprès d'oublier le x de beaux pour tester ma tolérance aux petits détails qui tuent... Je crois même que c'est la première fois que je vous vois faire une faute d'orthographe... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Je suis bien incapable de repérer une fausse note, et je chante comme une casserole

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien d'autres talents, miss.
      Et souvent les gens qui disent mal chanter ne se débrouillent pas si mal.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Bien difficile de vivre toujours dans une belle et totale harmonie dans un monde lui-même dissonant, boiteux, discordant...l'important c'est d'être bien accordée avec soi-même.. toi-même si sensible, en faisant fi du reste du monde qui ne détecte pas toujours la note absolue.. choisir son harmonie est essentiel pour vivre bien sa vie, enfin, le mieux possible... et la tolérance permet d'accepter ce qui est différent de soi... en accueillant l'autre de façon bienveillante même si ses critères ne sont pas les nôtres !
    Merci Célestine pour ce billet qui rajoute du sens au sens, et prolonge le questionnement !
    Je t'embrasse.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que je suis tolérante, bienveillante et que j'accepte les différences de ceux qui n'ont pas les mêmes critères. Je tais le plus souvent ce que je considère comme quelque chose qui ne regarde que moi...Sauf quand je sais que j'ai une chance d'être comprise.
      Merci, une fois de plus, de mettre les bons mots sur ta lecture de mes petites élucubrations cérébrales.
      C'est vrai, je ne parlais pas que de musique, dans ce billet...
      Tendres et douces pensées.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. C'est déjà difficile d'être en accord avec soi alors avec le monde..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense même que plus on est en accord avec soi-même, et plus on a des chances d'harmoniser le monde autour de soi. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Je ne comprends pas le début...les termes musicaux mais j'ai compris le texte. Le parallèle avec les relations humaines est pas mal vu.
    J'ai essayé de jouer du clavier à une époque, mais ce n'est pas pour moi, hélas...
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta critique positive, Mind.
      Que tu n'aies pas compris les termes techniques n'est pas très important...
      Point n'est besoin d'être musicien pour aimer la musique, n'est-ce pas ?
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est clair ! La musique m'accompagne au quotidien depuis toujours, les livres c'est venu après, et j'ai besoin des deux !

      Supprimer
    3. Les livres et la musique sont aussi mes fidèles compagnons qui me consolent de tous les petits et grands bobos...
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  24. J'aime l'harmonie, moi aussi, pourtant ce qui est parfait m'ennuie. J'aime la petite fausse note, la petite erreur de goût, j'aime les "mauvaises" herbes car pour moi elles ne sont pas mauvaises, elles dérangent juste un peu notre goût du parfait, c'est tout, j'aime les êtres un peu "cabossés". J'avoue que je n'aime pas vraiment entendre chanter quelqu'un qui chante faux, et pourtant, et pourtant, j'ai de jolis souvenirs à ce sujet, souvenirs émouvants même...
    Voilà. Belle fin de journée, Célestine. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les mauvaises herbes, je n'ai rien contre, je suis fan de Brassens depuis toujours.
      Je dis juste que dans un jardin potager, elles gênent. Mais dans un jardin d'agrément, quel bonheur !
      Tu fais bien de préciser "petite" fausse note, "petite" erreur de goût...parce que sans aduler la perfection, j'ai le goût de la chose bien faite, avec conscience et professionnalisme, et dans mon métier, c'était quand même un plus. Il y a des enseignants qui cultivent la perfection, l'élitisme, l'intransigeance psychorigide. Et puis il y en a qui n'ont aucune exigence y compris dans leur propre tenue, et les parents d'élèves ont tôt fait de les qualifier de "branlots" ou de "fumistes".
      Et entre les deux, il y a la délicate voie du milieu sur laquelle j'ai essayé de me tenir toute ma carrière, ni trop ni trop peu. Je crois que ce genre de maîtresse d'école que les gens veulent pour leurs enfants.
      Pour ce qui est des êtres cabossés...je crois que j'en fais partie, mais comme c'est à l'intérieur, ça ne se voit pas ...
      Bisous belle dame
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. En effet , tu n'as pas écrit çà mais il n'y a pas de honte à aimer les voix de fausset et lorsque tu liras qu'on peut l'otenir en accolant les cordes vocales avec une faible pression,tu comprendras mon allusion. Je sens ta nouvelle funambulle un peu solitaire. Elle a peut être envie de passer un week end dans le sud ? Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle aimerait bien, et d'ailleurs elle va le passer dans le sud du sud, à Sète...pour un mariage.
      Mais elle aurait donné beaucoup pour être avec toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. "Ah si la vie pouvait être un orchestre symphonique..."

    Tu n'y gagnerais rien.
    Rappelle-toi que le moindre bruit sonne terriblement fort dans ta cervelle.
    Et puis, le problème de l'orchestre, c'est que tout est important, les exécutants, les instruments, l'oeuvre et le chef.
    Et on ne connaît aucun de tous ceux là...

    RépondreSupprimer
  27. J'ai strappé malencontreusement la fin d'un commentaire qui paraissait si bien parti pour être une page de "philo du matin, chagrin" :

    Je vois la vie plus comme un film dans lequel on est précipité, on ne sait pas quel est notre rôle, on n’a pas le scénario et on n’en connaîtra pas la fin vu qu’on en est viré sans préavis.
    Bref, on sera passé, ignoré des autres acteurs qui n’en savent pas plus que nous.
    Sauf peut-être que nous nous serons tous demandé quel concours de circonstances peut bien avoir mis en scène un truc aussi cinglé…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était une image pour dire que si chacun jouait sa partition avec le souci d'une certaine harmonie d'ensemble, ce serait mieux (je pense notamment aux problèmes écologiques )
      Mais tu as raison, chacun voit la vie comme il peut/veut la voir. Qu'il existe (ou pas) un metteur en scène à cette guignolade...
      Quoiqu'il en soit, la vie est un voyage hasardeux...
      J'aime bien ta philo du matin
      Bises philosophiques
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Ce que je sais, c'est que les élèves ont toujours aimé la musique avec toi. Alors qu'avec "la dingue" ils détestaient ça...
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a tous et toutes tout aimé avec Célestine, avec "la dingue" on a toujours tout détesté ça...

      (je remarque "au passage" qu'il y a "une dingue" dans chaque école, dans chaque atelier, dans chaque bureau, sur chaque bateau, dans chaque voiture, dans chaque confession, dans chaque groupement, dans chaque division, dans chaque service hospitalier, sur chaque blog, dans chaque église, dans chaque patrouille, dans chaque famille, dans chaque maison)

      Bleck

      Supprimer
    2. @Angela
      Je crois que les enfants aiment bien chanter avec moi parce que c'est joyeux. Et pas prise de tête...
      Il me semble que certaines personnes ont dû déduire de mon billet que j'étais une maniaque de la note juste...
      Mais même si cela me perturbe l'oreille, jamais je n'en ai fait cas devant qui que ce soit, et surtout pas les élèves de CM2...
      Alors que certaine que je ne nommerai pas en faisait une fixette, c'est sans doute pour cela que tu l'appelles comme ça...Un jour elle a écrit sur le tableau de la salle des maîtres: "je ne veux plus que Célestine fasse travailler les élèves en musique, elle a des interprétations fantaisistes des chansons" LOL.
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @Bleck

      Hihi c'est tellement vrai ce que tu dis ! (enfin je parle des dingues, pas de ta première phrase sans doute un peu exagérée...)
      Tu m'as bien fait rire
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Là, tu m’a bien fais rire !
    Moi qui ai eu une mention au conservatoire grâce à mon oreille in tantinet capricieuse mais honnête à l’écoute des sons, voire des notes, et ne laissant pas passer les couacs en troupeau, vraiment j’ai ri !
    Bravo pour ce texte bourré de bonne humeur qui soulage l’esprit en fin de journée.
    Je ne regrette pas ma courte pause chez toi.
    Bon, fini les courbettes, je retourne à mon roman. (Pas celui que je lis, mais celui que j’écris.)
    Bises enjouées et heureuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une mention au conservatoire, wouaou ! respect !
      et merci d'avoir goûté mon humour (et mon autodérision)
      Ça me fait toujours un immense plaisir quand on me dit qu'on a interrompu un travail important pour venir me voir.
      Oui, un très grand plaisir...
      Bises ravies
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. La musique adoucit les moeurs, Célestine, ce n'est pas qu'une expression toute faite !
    J'ai fait du solfège mais je suis incapable de lire une quelconque partition, je n'ai pas l'oreille musicale, je chante faux et je ne joue d'aucun instrument. Mais j'aurais aimé jouer du piano, je pense. Un rêve universel !
    Le comma connaît pas donc, sauf celui dans lequel je suis à cause de la canicule !!! Faut pas plaisanter, ceux qui y sont n'en sortent pas indemnes...
    Je pense que tu as relu le billet de Mindounet qui parle de musique.
    Bonne fin de semaine et gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense à ma mère tous les jours et j'espère qu'elle est bien au frais dans sa maison de retraite.
      Parce qu'aujourd'hui, c'est vrai, c'est le coma assuré !
      Et moi j'ai 4 heures de voiture, heureusement que j'ai la clim, pour une fois je vais mettre mes convictions écologiques de côté...
      Oui je viens de relire le billet de Mind.
      Je l'ai peut-être inspiré, qui sait ? ;-)
      Bisous et marche à l'ombre !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Non, tu n'es pas la seule bien sûr... mais il faut mettre son crissement dans sa poche avec son mouchoir par-dessus. Enfant j'ai envoyé des cartes de colonie pour lesquelles on me reprochait les fautes d'orthographes et cela me blessait. Les harmonies de couleurs ou les bizzarmonies? C'est chacun à son goût, non? Bien sûr ça fait parfois mal aux yeux mais... bisous ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est ce que je fais. Je souffre en silence. Et puis, j'ai dit que je n'aimais pas les fausses notes, pour ce qu'elles sont, c'est à dire des fausses notes. Je n'ai pas dit que je n'aimais pas les gens qui en font. Parce que je sais très bien que chacun fait comme il peut et que personne ne fait exprès de ne pas avoir l'oreille musicale...
      Pour les couleurs, c'est plus compliqué. Je trouve certains tableaux d'amateurs beaucoup plus doux et harmonieux que certaines toiles de peintres reconnus, valant très cher.
      Mais les goûts et les couleurs, comme on dit...
      Bisous et belle fin de semaine, profite de ta fraîcheur bretonne.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. La diversité des goûts et des couleurs sont ce qui fait la richesse de l'humanité. Chacun a ses propres perceptions et ce qui plaît à l'un, ne plaît pas forcément à l'autre. Néanmoins on rencontre parfois des gens qui ont le même ressenti que soi, et même s'il diffère sur quelques détails, on peut se sentir en harmonie.( Pour ma part, Kaamelott me fait bien rire. ) Et puis comme il est dit dans "Certains l'aiment chaud" Nobody is perfect;-)
    Belle journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement que nobody is perfect !
      Quel ennui un monde parfait...cependant il existe de petites bulles de perfection, de ces moments exceptionnels où rien ne cloche. Des moments rares et précieux.
      Voila tout ce que je peux dire du sentiment d'harmonie.
      Merci de ta fidélité Maryline.
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  33. Kamelott me fait toujours autant rire.

    La vie ne doit pas être simple pour les hypersthésiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non elle n'est pas simple tous les jours, mais pas plus que pour les malades chroniques, les allergiques, les intolérants au gluten ou au lactose, les handicapés quel que soit leur handicap...
      Bisous ma belle
      Prends soin de toi.
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  34. Coucou, je reviens sur les blogs avant un nouveau départ, direct la Bretagne et ses palmiers, sa canicule et les kouignamanns.
    Un seul mot: harmonie. Je n'ai pas les sens développés comme toi mais j'aime vivre dans un décor apaisant et harmonieux au milieu d'un jardin qui dessine les saisons. Autant vivre entouré de bonnes vibrations

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un jardin qui dessine les saisons...j'aime beaucoup l'expression, Daniel.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Je vais revenir ... un peu de patience chère Célestine ! J'ai encore besoin d'un petit coma afin que ma forme soit au pinacle. Je connais bien les comas musicaux puisque pendant 11 ans j'ai pianoté par plaisir mais mes oreilles n'aimant que les sons harmoniques, Debussy, un des premiers à apporter des notes discordantes ou dissonantes, comme tu voudras, a contribué à délaisser petit à petit mon passe temps. En ce moment, ce qui me hérisse le poil c'est de voir les gens faire la queue pour acheter le maillot de Neymar (j'en n'ai marre !) 140 EUROS, qui vient d'entrer au Paris St germain pour une somme astronomique jusqu'à l'indécence. Tous ces gens je suis sûre se plaignent que la vie est dure mais se permettent de jeter, à mon goût l'argent par les fenêtres. C'est du n'importe quoi ! bon c'était juste pour me manifester auprès de toi avant de revenir à la rentrée. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attends ton retour avec impatience, lauriza. A tout bientôt.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. En somme, pour toi, c'est la "petite phrase" de la sonate de Vinteuil... Le petit pan de mur jaune de Vermeer... Ou rien o;)))

    Avec mon premier professeur de solfège, cette matière ne m'a pas laissé de trop mauvais souvenirs. Avec la dernière, oui. Mais il y avait plus drôle, surtout au milieu de la troisième année (c'était un peu comme le cours de néerlandais à vrai dire). Par contre, j'ai adoré la chef de chorale de mon école. Elle aurait fait chanter n'importe qui.

    Je ne sais pas si j'entends encore les fausses notes, je suis plus sensible aux tempos, bizarrement, cela m'énerve quand les gens se mettent à chanter (par exemple, quand on marche, et faux, naturellement, non seulement ça fait pleuvoir, mais je suis sûre que ça contribue à me donner une tendinite o;) un jour, alors qu'une amie chantonnait Don Juan ou la flûte enchantée, et que ça m'énervait, je lui ai sorti un truc du genre, c'est Rossini que tu chantes? Elle m'a flanqué une bourrade, mais j'ai pas eu le courage de lui expliquer.

    Je suis sûre que c'est psychanalytique.

    RépondreSupprimer
  37. Je connaissais l'hyper-acousie... Dont j'ai beaucoup souffert, à une époque (et la sensibilité à la lumière), ce qui est gênant quand on est migraineux (tu n'as pas été migraineuse? Même les odeurs peuvent provoquer une migraine). Mais ça a ses bons côtés. Voir Proust, encore, et la si belle phrase finale, n'en déplaise à notre ami Walrus, de la Madeleine... Le souvenir exact des sons, de certaines odeurs (je pense tout d'un coup à un tas de charbon, un jour, quelque part à Bruxelles, qui m'a terriblement rappelé les petites voies de chemins de fer de mon enfance... Un goût ah ! Certains goûts perdus... Les choux au chocolat de mon enfance, le fraisia d'une pâtisserie connue à Bruxelles, tout cela aide quand même puissamment quand on écrit.

    Une mauvaise odeur peut malheureusement aussi rester dans les narines ou la mémoire olfactive (et il y en a à Bruxelles... Genre dans le métro, j'ai beau bloquer ma respiration, trop tard, une heure après ça me poursuit encore!)

    Là, je sens toujours un peu l'odeur du camembert que j'ai mangé ce matin, pour mon petit déj, et pourtant, il est rangé depuis longtemps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes témoignages Pivoine. C'est drôle et émouvant, comme souvent quand tu écris. Désolée de mon retard mais c'est un peu compliqué en ce moment de bloguer.
      Je t'embrasse fort et te donne rendez-vous après ma pause.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Contemple la nature, elle ne fait jamais de fausses notes, elle, dans ses somptueux décors. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, c'est une symphonie, chère Sabine.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.